Qu’est-ce que la dysbiose?

Il n’y a pas si longtemps, on ignorait la majorité des effets qu’avaient les bactéries, qui partagent notre corps avec nous, sur nous et notre santé. La science actuelle découvre une panoplie d’effets qu’ont les bactéries sur notre santé, mais on en est encore qu’au début qui sait ce que le futur nous réserve.

Parmi les découvertes, la science a remarquée que nous avions des colonies de bactéries qui couvraient pratiquement tout notre corps autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. De plus, c’est l’intestin qui contiendrait la majorité de ces bactéries que l’on chiffre a environ 39 trillions*. Ce chiffre a été revu à la baisse en 2013, car on estimait ce nombre autour de 100 trillions auparavant.

Ce nouveau décompte ajuste donc la population bactérienne un peu plus près de notre nombre de cellules qui est de 30 trillions comparativement au 10 trillions qui avait été estimé antérieurement.

Heureusement, dans la majorité des cas, ces bactéries s’entendent bien avec nous si on s’occupe bien d’eux, mais dans certains cas, elles peuvent causer des petits soucis. La dysbiose est justement un débalancement des bactéries intestinales et même si cette réaction n’est souvent pas mortelle, il n’en reste pas moins qu’elle peut causer bien des soucis.

Il est important de comprendre que la dysbiose peut se produire ailleurs que dans l’intestin, mais pour les besoins de la cause nous parlerons seulement de ce type de dysbiose, donc une dysbiose intestinale.

L’intestin est l’endroit de prédilection des bactéries et son rôle dans l’immunité et la santé humaine est énorme. L’alimentation, le mode de vie, les nombreux médicaments, certains additifs alimentaires et même votre humeur influencent votre population bactérienne intestinale et quand cette influence est largement négative, les problèmes arrivent.

Mon mentor, Dr Alex Vasquez a une phrase parfaite pour décrire la dysbiose et la voici: « a dysbiosis is a relationship of non-acute, noninfectious host microorganism interaction that adversely affects the human host. » En gros, ça signifie que la relation que nous avons avec nos bactéries peut être mauvaise pour nous, mais si elle n’est pas pathogénique en soi, n’est pas aigüe, ni infectieuse.

Je crois que pour vois aider a mieux voir le concept, voyons un peu quelques symptômes de la dysbiose intestinale.

Bien entendu, les symptômes digestifs sont en tête de liste quand on parle de dysbiose. Ballonnements, constipation, diarrhée, gaz nauséabonds, brulement d’estomac et reflux gastrique sont tous un signe que quelques choses ne vont pas avec le système digestif.

Malheureusement, les symptômes ne sont pas toujours aussi évidents et bien qu’ils soient désagréables, il existe beaucoup de gens qui vivent constamment avec ces symptômes sans jamais même penser que leur intestin ne va pas bien.

Parmi les autres symptômes et problème de santé relié à la dysbiose, nous avons les troubles de la concentration comme le TDA et TDAH, certains symptômes cognitifs en lien avec l’autisme, de la difficulté à gérer sa glycémie, des problèmes de santé hépatique, une mauvaise santé cardiovasculaire, les maladies de l’intestin comme le syndrome du colon irritable et la colite ulcéreuse sans oublier les maladies dégénératives comme l’Alzheimer et le parkinson.

Cette liste, même si elle peut sembler exhaustive, est partielle et la raison pour laquelle votre santé intestinale affecte autant votre santé et peut causer un nombre de problèmes exorbitant est qu’environ 70% à 80% de votre système immunitaire sont dans votre tube digestif.

Normalement, les bactéries qui se trouvent dans votre intestin ne causent pas de problème avec le système immunitaire, car il a appris à « tolérer » ces bactéries « dites commensales ».  De plus, certaines bactéries intestinales commensales ont développés une certaine résistance aux antimicrobiens que notre corps fabrique.

Un nutriment nécessaire au bon fonctionnement de cette capacité antimicrobienne est la vitamine D3. Si l’on regarde les symptômes intestinaux de plus près, il est facile de voir que la majorité peut être aléatoire et que de simples changements au niveau alimentaire et mode de vie peuvent les régler assez facilement.

Les ballonnements, gaz, problème de transit intestinal et ceux reliés à l’acidité gastrique sont tous, normalement, modulable relativement facilement en adaptant l’alimentation et le mode de vie d’un individu.

Vous avez surement déjà remarqué que mangez trop rapidement ou durant une période de stress pouvait causer plusieurs de ces symptômes comme il est bien possible que vous ayez remarqué que plusieurs aliments que vous consommez tous les jours vous causent des ballonnements et autres petits problèmes.

Il est donc fortement possible que si vous modifier votre alimentation et votre manière de manger que la majorité des petits symptômes inconfortables diminuent ou même disparaissent sans médicament, ni probiotique, ni magie, ni diète miracle.

Le petit débalancement à l’origine des symptômes digestifs, s’il n’est pas adressé, peut devenir un peu plus problématique. L’intestin humain est un tissu conditionnellement perméable, c’est-à-dire que normalement, il contrôle assez bien qui peut passer et qui ne devrait pas passer. Cette action est largement modulée par l’état de la muqueuse intestinale qui dépend majoritairement des bactéries qui l’habitent.

Malheureusement, il existe plusieurs facteurs qui peuvent altérer la perméabilité de l’intestin comme la présence de molécules dans la famille qui gluten qui peuvent, chez certaines personnes amplifier la perméabilité de l’intestin, l’hyperglycémie, où la trop grande présence de sucre dans le sang comme chez les gens résistant à l’insuline, peut elle aussi augmenter la perméabilité en nuisant au bon fonctionnement de la barrière immunitaire.

De plus, la présence accrue d’herbicide comme le glyphosate a aussi un effet négatif sur la santé intestinale et c’est sans oublier l’effet du stress chronique que vit une bonne partie de la population sur une base régulière.

Le problème majeur avec l’hyperperméabilité intestinale est que le système immunitaire ne peut pas être sollicité de manière constante par des éléments provenant de l’intestin et ne pas activer, en quelque sorte, un mécanisme de protection.

Ce mécanisme de protection est à la base des maladies auto-immunitaires comme l’arthrite, les problèmes de thyroïdes, la sclérose en plaques, etc. Il ne faut pas oublier que cette activation chronique du système immunitaire est aussi présente chez les gens atteints de diabète de type II.

En plus de cette activation immunitaire, et la réponse inflammatoire qui vient avec, certaines de ces bactéries peuvent interférer le cerveau comme c’est le cas pour des bactéries de la famille des Clostridiums qui peuvent nuire au bon métabolisme de la dopamine.

L’effet de ces bactéries est présent chez les gens atteints de TDAH et certains cas d’autisme, il est donc assez important de le noter et aussi de s’en occuper, au besoin.

On parle de problème depuis tantôt, mais maintenant voyons un peu de positif. Il y a plusieurs bactéries, produits naturels et habitudes de vie qu’il est possible d’intégrer au quotidien pour aider sa santé intestinale et en voici quelques-uns.

  1. Mangez moins de sucres raffinés comme les aliments contenant de la farine de blé et autres
  2. Prenez le temps de manger, l’action de manger, si elle est faite correctement, aide à maintenir une bonne santé intestinale.
  3. Pensez à consommer des aliments fermentés comme la choucroute, le kombucha, le kéfir et autres.
  4. Intégrez plus de légumes différents dans votre alimentation et diversifiez les couleurs et saveurs.
  5. Pensez à introduire certains probiotiques spécifiques comme ceux de la famille des lactobacilles et bifidobactérie, car plusieurs d’entre eux aident à promouvoir la tolérance immunitaire et augmentent l’intégrité de l’intestin.
  6. Évitez les cures miracles et remède one size fits all. si votre condition ne s’améliore pas simplement en appliquant ces conseils, vous devriez consulter.

En conclusion, il est important de comprendre que les bactéries qui habitent votre corps avec vous sont là pour vous faciliter la vie et pour effectuer des tâches que dans bien des cas, votre corps ne peut pas faire lui-même. Ces nombreux habitants ont évolué avec l’être humain et leur état est directement lié à notre santé, il serait donc important de considérer vos colocataires comme une partie intégrante de votre bien-être.

Il n’est pas obligatoire d’avoir une alimentation parfaite pour avoir une bonne santé, mais c’est certain qu’un bon grand verre de jus pour déjeuner avec un peu de beurre d’arachides sur des toasts au pain brun ne vous aide pas à établir une belle relation avec vos nombreux amis.

*On parle ici de cellules bactériennes

Mathieu Bouchard N.D. CFMP

Nous contacter

Laissez nous un message et nous vous répondrons dans les 24 heures ouvrables.

Ce n’est pas lisible ? Changer le texte en cliquant ici. captcha txt
0

Commencez à écrire et tapez entrée pour chercher !

développement athlétique, crossfit,nutrition, entraînement, suppléments, vitamines, minéraux, perte de poids, masse musculaire, weightlifting, force musculaire, gymnastique, haltérophilie, alimentation, nutrition sportive,développement athlétique, crossfit,nutrition, entraînement, suppléments, vitamines, minéraux, perte de poids, masse musculaire, weightlifting, force musculaire, gymnastique, haltérophilie, alimentation, nutrition sportive,